Pour mon 500ème article... la bienveillance

Je prévois cet article depuis un moment. Je le gardais pour mon 500ème post. J'ai eu le temps de le compléter au fur et à mesure. Et bien voilà je me lance.

Je ne crois pas que la bienveillance soit innée. Tout comme je ne crois pas à la malveillance des êtres humains.

On ne nait pas ANGE ou DEMON.


Je crois (et la CNV le dit très justement) que nous avons des besoins et que nous voulons les satisfaire.

A la naissance, je crois que nous sommes neutres : ni bienveillants, ni malveillants. Et nos besoins, au départ, plutôt simples : nourriture, propreté, amour sont faciles à satisfaire. 
En général, au stade bébé, la réponse à nos besoins est assez rapide.

Et puis en grandissant, nos besoins d'enfants ne sont plus seulement des besoins vitaux (comme manger ou dormir) et ne sont plus si rapidement satisfaits. Nos parents, ne peuvent plus répondre tout le temps et tout de suite à tous nos besoins. De là, naissent nos frustrations et avec, souvent nos premiers cris et colères. 

Nos enfants manifestent leurs besoins et tentent de nous persuader d'y répondre favorablement. Ils ne sont pas malveillants (ou manipulateur comme on peut l'entendre), ils s'expriment. Ils sont confrontés à de nouvelles émotions, ils ont besoin de comprendre et d'apprendre à gérer tout ça. Cela ne veut pas dire que l'on doit répondre favorablement à toutes leurs demandes (au détriment de notre vie de famille, des frères et sœurs ou autres). C'est à nous de trouver les mots justes et de les aider. Nous avons le devoir d'accompagnons nos enfants pour qu'ils comprennent leurs besoins et qu'ils puissent y répondre en grandissant. 

Mais c'est aussi à nous de poser des limites (dans le respect et la bienveillance). 

Montrons à nos enfants que nous comprenons leurs demandes et trouvons les mots pour les apaiser et les guider (même si nous ne pouvons pas y répondre favorablement). 


Et surtout montrons leur l'exemple. Soyons cohérent.


En effet, mettre des mots sur une situations en la qualifiant de bonne ou mauvaise est un début mais ne suffit pas à mon avis. Si je dis à quelqu'un que la cigarette est un danger tout en fumant, je doute fort de la crédibilité et de l'impact de mes propos. Comment puis-je demander d'être poli à mes enfants s'ils ne m'entendent pas leur dire s'il te plait ou merci ? Comment puis-je exiger qu'ils ne tapent pas les autres enfants si je leur donne des fessées ?


Je crois vraiment que nous avons le devoir de montrer l'exemple à nos enfants. 


Alors comment montrer l'exemple ?

  • Nous souhaitons des enfants altruistes, alors soyons généreux de temps avec eux et partageons des moments en famille.
  • Nous souhaitons plus d'indulgence autour de nous, alors apprenons à pardonner rapidement.
  • Nous souhaitons des enfants aimables, parlons calmement et simplement avec eux .
  • Nous souhaitons des enfants polis, soyons généreux de merci et de s'il te plait.
  • Nous souhaitons des enfants honnêtes, soyons francs et justes, avec eux.
  • Nous souhaitons des enfants heureux, jouons et rions tous ensemble le plus souvent possible.
  • Nous souhaitons de enfants cultivés et ouverts d'esprit, lisons, voyageons, communiquons en famille.
  • Nous souhaitons de l'estime, respectons leurs choix, comprenons leurs besoins.
  • Nous souhaitons la paix, montrons l'amour et la bienveillance.

Et comme personne n'est parfait, accordons nous le droit à l'erreur. Laissons à nos enfants le droit (le devoir) de faire des erreurs. C'est en faisant des erreurs que l'on apprend. Guidons nos enfants pour qu'ils apprennent de leurs erreurs comme nous apprenons aussi des nôtres. 




Pour nous aider : 



  


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire