Attention à ce que l'on dit aux enfants

Tu vas tomber ! 
Tu seras gentil(le) de mettre la table ! 
Tu n'écoutes rien !
Elles semblent banales ces phrases. Essayons de nous mettre à la place de celui qui les reçoit (en général nos enfants). Peut-être ne sont elles pas si banales !

Imaginons, pour essayer de mieux comprendre, que nous préparons le permis de conduire (ça fait longtemps pour moi, peut-être est-ce plus récent pour vous). Donc nous voilà en leçon de conduite et nous sommes débutants donc plutôt incertains (c'était mon cas). Imaginons que l'examinateur (pas encore familiarisé avec la bienveillance) ne cesse de répéter que je vais finir par avoir un accident. Je l'entends, il répète : "TU VAS LUI RENTRER DEDANS SI TU CONTINUES.", "TU VAS FINIR PAR ABIMER MA VOITURE.", "TU VAS AVOIR UN ACCIDENT SI CELA CONTINUE.". Bien sur, tout ce que j'ai envie de faire maintenant, c'est de sortir de la voiture et de jeter l'éponge. Je n'ai plus envie de conduire, c'est certain.

C'est un cas fictif, ça ne s'est pas passé comme ça. Mais l'exemple est parlant. 

Sur nos enfants cette petite phrase : "ATTENTION, tu vas tomber." a probablement le même effet. Ils risquent de ne plus avoir envie d'essayer. 

En pédagogie positive, nous préférons commencer par "TU RISQUES" plutôt que "TU VAS". 

"Soit prudent, TU RISQUES DE TE BLESSER, si tu as besoin d'aide je suis là." plutôt que "NON ! TU VAS TE BLESSER."


Parlons des phrases qui commencent par "TU SERAS GENTIL(LLE)..."

"Tu seras gentille de mettre la table. Tu seras gentil de ranger tes affaires. Tu seras de gentille de faire tes devoirs." Toutes ses phrases signifient finalement que si je ne le fait pas, je ne suis pas gentil(le). Donc au final, si je ne le fais pas, je suis méchant. Bien sur que non, nos enfants ne sont pas méchants parce qu'ils ne mettent pas la table. Je dirais qu'il y a plusieurs façon de présenter ce genre de demandes. 
S'il s'agit d'une tâche que l'enfant est habitué à faire, laissons lui le temps de la réaliser et dans le cas où il aurait oublié, il est possible de lui rappeler simplement que les jouets sont encore par terre dans le passage et que l'on risque de marcher dessus (par exemple).
Si c'est une demande pour nous rendre service, il est possible d'expliquer que ce soir il est tard et que pour aller plus vite et de ne pas être trop pressée ensuite pour les rituels du coucher, nous pouvons débarrasser tous ensemble par exemple.

Ce ne sont que des exemples mais il est possible de demander autrement qu'en commençant par "TU SERAS GENTIL(LLE)..."


"TU N'ECOUTES RIEN." 

En CNV, on fait attention aux mots "extrêmes" comme JAMAIS, TOUJOURS, RIEN, TOUS... Les mots qui généralisent les choses. Comment pouvons nous affirmer, qu'il ou elle n'écoute RIEN ? Ou plus encore "VOUS n'écoutez JAMAIS RIEN !"  

Ces phrases laissent des traces sur nos enfants, essayons de faire attention à la manière dont on leur parle. 

Et si les phrases et les mots nous échappent parfois (et oui nous sommes HUMAINS), nous avons toujours le droit de nous excuser et de les redire AUTREMENT avec plus de bienveillance.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire